FOULPOUGNE FESTIVAL 2020

Le festival trad’ de Charente

Du 25 au 27 septembre 2020

à Gond-Pontouvre (16)

 

Vendredi 25 septembre

A 21h : ouverture du Festival

en compagnie du duo 

 

« Castanha é Vinovèl » 

 

 

« Castanha é Vinovèl », c’est un duo de « musicaïres » biterrois créé en 2007, qui puise ses chansons et ses airs à danser dans le répertoire traditionnel occitan. Vielle à roue, accordéon, chants et rythmes se combinent à merveille pour offrir un son dans le plus pur esprit du balèti populaire. « Castanha é Vinovel » incitent et invitent le public à la danse, toutes générations confondues. « Lo Castanha é lo Vinovel fan dançar lo monde » comme le disent si bien Jean-Brice Viétri et Alain Beurrier.

 

Rencontres

Durant le festival, venez rencontrer les musiciens, les danseurs, les bénévoles, les organisateurs, l’association…

Samedi 26 septembre

De 10h à 12h : stage de danses débutants

Il s’agit d’un atelier découverte, orienté sur l’apprentissage des danses dans une ambiance décontractée. Il permettra d’acquérir des bonnes bases pour aller s’amuser en bal folk.

Mazurka, chapeloise, cercle circassien, bourrée à deux temps, polka, valse…

Découvrir ou se réapproprier les pas de base, apprendre des variantes, travailler en collectif, voir les notions d’appui, de guidage, d’intention.

De 14h à 17h : stage de danses du Poitou animé par Maria Alvarez et le groupe « Chaï »

Maria Alvarez et Benoît Guerbigny en connaissent un sacré rayon sur les danses du Poitou. Ce sont eux qui animeront ce stage « tous niveaux » en compagnie de leurs copains du groupe « Chaï ». Bien sûr, les marchoises (à deux, à quatre, en ronde, en ligne, de Magné…), les maraîchines (à deux, en rond, à quatre), les avant-deux (à trois ou quatre figures, chorégraphiés ou « libre », spécifiques genre Coutant, Quatre coins, Brégeon…) feront partie du programme. De même que les tout aussi prisés branle de Noirmoutier, rond et demi-rond, grand danse, bal limousine, mardi gras, mouvante, pas d’été… « Alors… Y est tou ? »

 

 

De 14h à 17h, stage de musique d’ensemble animé par les musiciens de « Laüsa »

Laüsa, c’est la Gascogne dans ce tout qu’elle a de plus dynamique, de plus chaleureux, de plus enthousiasmant. Camille Raibaud (violon, mandoline), Lolita Delmonteil Ayral (accordéon diatonique), Juliette Minvielle (chant, percussions) et Julien Estèves (bouzouki, guitare) -les quatre musiciens de Laüsa- seront les animateurs de ce stage.

Au programme : apprentissage sur un répertoire simple et travail autour de l’arrangement (harmonie, thèmes, « riffs », polyrythmie, nuances…). Attention : un minimum de deux ans de pratique instrumentale est souhaité. A noter également que tout se fera à l’oral, c’est-à-dire sans partition. Ne pas oublier d’apporter du papier et un crayon.

L’esplanade, le coeur battant du Festival !

L’esplanade de l’hôtel de ville, c’est le coeur du Foulpougne Festival : c’est là que se croisent les danseurs, les musiciens, les festivaliers, les organisateurs… Bref, toutes celles et tous ceux qui « font » le Foulpougne Festival. C’est à deux pas de l’hôtel de ville, de la salle des fêtes, du Centre social, des salles où se déroulent les stages et les ateliers, c’est là où l’on se restaure, là où l’on étanche sa soif… Et c’est au coeur de Gond-Pontouvre ! « The place to be » en quelque sorte !

De 17h à 20h : l’« Entre-Deux », scène découverte

La parole est aux musiciens… Et aux danseurs bien sûr ! Le stage de danses à la salle des fêtes est à peine fini : pas question de se refroidir avant le dîner ! Pour ça, des groupes vont venir sur l’esplanade, au coeur de la fête, pour animer la fin de l’après-midi.

Un p’tit goûter sur un air de mazurka, une p’tite mousse après le rondeau, un café sitôt la ronde du Quercy, un gros cercle avant l’apéro… Ca vous dit ?

Samedi 26 septembre

 

De 21h à 23h : bal avec « Laüsa »

Laüsa (attention : il faut prononcer… lahuzo !), Laüsa, donc, c’est un voyage musical entre tradition héritée et imaginée, un témoignage vivant qui rappelle que les peuples se sont rencontrés sur une terre d’accueil et que les musiques se sont mêlées. Les instruments sont traditionnels, le son actuel. Laüsa puise des influences dans le folk, la pop, le rock, flirte avec des couleurs méditerranéennes ou africaines, tout en restant fidèle à la cadence du bal gascon. Laüsa affirme son ancrage en terre gasconne, et son appartenance au monde, ouvert, curieux, généreux et respectueux des origines.

Avec Lolita Delmonteil Ayral, Camille Raibaud, Julien Estèves, Juliette Minvielle.

De 23h15 à 1h15 : bal avec « Chaï »

« Trois cailloux nous bousculent, nous égratignent en nous propulsant dans un mouvement tourbillonnant de convivialité et d’énergies que d’aucuns appelleraient bal ».

Ceux qui disent ça s’appellent Benoît, Gabriel et Corentin. Et ils adorent l’ambiance du bal. Un bal qu’ils colorent aux sons du Poitou, avec des esthétiques rugueuses où deux violons, un accordéon et trois goules se frottent pour un bal traditionnel aux sonorités résolument modernes. Une musique de territoire aux arrangements sauvages, avec des marchoises virevoltantes, des avant-deux endiablés, des maraîchines sulfureuses…

Avec Benoît Guerbigny à l’accordéon, Gabriel Lenoir et Corentin Boizot-Blaise au violon.

Dimanche 27 septembre :
de 15h à 17h

le « P’tit bal » avec  » Ma Petite« 

Le répertoire de « Ma Petite » est issu du collectage engagé voici plusieurs années par Perrine Vrignault qui a retenu des textes et des musiques qui traitent de la condition de la femme. Cette thématique est au cœur de l’identité du groupe. « Ma Petite » propose une mise en danse de ces textes avec des sonorités nouvelles, tout en conservant la structure des danses traditionnelles. Les fins connaisseurs des bals folk y découvriront -ou redécouvriront- des morceaux traditionnels mais avec des sonorités modernes. “C’est un bal qui colle au corps pour le bonheur de tous, et comme on est obligé de rien, il peut s’écouter également les yeux fermés” décrit l’un de ces fins connaisseurs.

Avec Perrine Vrignault (voix, accordéon), Maxime Dancre (percussions), Maxime Barbeau (accordéon diatonique) et Thomas Fossaert (saxophone).

12 + 1 =